senior en ehpad

Comment protéger au mieux les seniors durant cette crise sanitaire ?

Sans surprise, les personnes âgées font partie des populations les plus à risque face à la pandémie du COVID-19 et demandent une attention toute particulière. Comment les protéger durant cette crise sanitaire et la période de confinement que cela implique ?

Les seniors face au COVID-19 en quelques chiffres

Selon une étude publiée par les autorités chinoises le 17 mars 2020, les personnes âgées de plus de 80 ans présentent un taux de mortalité face au COVID-19, d’environ 14,8 %, contre seulement 0,2 % chez les malades de 30 à 39 ans. Un risque décuplé par les conditions de vie en collectivité qu’implique l’hébergement dans un Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes par exemple et le contact continu avec le personnel soignant. En effet, si le virus entre dans l’EHPAD, ce sont entre 5 et jusqu’à 75 % des patients qui peuvent être atteints en à peine quelques jours, avec des taux de mortalité dépassant les 30 % dans certains centres d’hébergement. C’est malheureusement ce qui vient de se passer dans cet Ehpad des Vosges. Ce lundi 23 mars, la préfecture des Vosges et ‘Agence régionale de santé Grand Est ont annoncé, à travers un communiqué, qu’une résidence avait enregistré « 20 décès en lien possible avec le COVID-19 ». Des mesures drastiques ont donc dû être prises pour protéger cette population particulièrement vulnérable.

A lire également : Trottinette : quel modèle choisir pour faire du bien à son corps ?

Le plan bleu et les risques liés au confinement

Dès le 17 mars 2020, le gouvernement a mis en place les premières mesures de confinement qui ont fait suite au décret du 11 mars 2020, interdisant les visites dans les EHPAD afin de limiter tout risque de contagion.

Si ce confinement obligatoire peut être déjà dur à accepter pour les personnes âgées maintenues à domicile, mais en situation d’isolement, en EHPAD ces mesures soulèvent des problématiques tout autres et le personnel soignants doit faire face au risque de développement du « syndrome de glissement » chez les patients les plus fragiles.

Lire également : Développement de l'enfant : le jouet au cœur de la stratégie d'éducation

En effet, le lien au monde extérieur et le contact physique sont pour certains, l’unique moyen dont ils disposent pour se maintenir dans de bonnes conditions de stimulation quotidienne et rester ancrés dans une vie normale. Sans ce contact, certains patients peuvent voir resurgir des troubles du comportement, refuser de s’alimenter, ou tout simplement décider d’abandonner et se laisser mourir.

Cette période de pandémie, où les contacts sont limités au seul moment de la toilette et quelques échanges au travers des masques, est donc d’autant plus éprouvante pour les personnes âgées déjà en situation d’isolement ou souffrant de solitude.

Protéger les seniors tout en maintenant le lien avec le monde exterieur

Malgré cette période de confinement, certaines EHPAD, comme l’ EPHAD Grandfresnoy, assurent toujours l’accueil de nouveaux patients, en hébergement temporaire ou permanent, et garantissent aux résidents comme à leurs familles, la sécurité et la bienveillance d’une prise en charge adaptée à tous les niveaux de dépendances.

Pour protéger au mieux les seniors durant cette crise sanitaire, les établissements accueillant des personnes âgées, renforcent quotidiennement les mesures de précaution afin de prévenir tout risque de contamination. Les recommandations sont les mêmes pour tout le monde : limiter les visites, prises de température systématique, isoler les patients ou les membres du personnel présentant des symptômes, bien se laver les mains avant et après s’être rendu dans les espaces communs ou publics, porter un masque pour limiter les risques de transmission…

Pour éviter une surmortalité liée à l’isolement des seniors et leur permettre de maintenir une vie la plus normale possible, certaines EHPAD redouble de créativité et d’inventivité pour pallier ces nouvelles problématiques soulevées par le confinement obligatoire. On retrouve parmi ces initiatives, une multiplication des activités dans les maisons de retraite, des ateliers, des jeux, des sessions de massages, des services d’esthétique et de coiffure…

L’organisation de séances d’appels vidéo permet, en outre, de pallier le manque de contact avec l’extérieur en mettant en relation les résidents avec leurs familles, et permet de continuer à stimuler le patient en dehors du cercle composé par le personnel soignant et le reste des résidents. Même si cela ne remplace pas une vraie visite, savoir que leurs proches sont en bonne santé et pensent à eux, permet aux patients les plus vulnérables de maintenir un lien social avec l’extérieur et leur offre la perspective d’un futur meilleur.

Auteur de l’article : aurelie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *