Grossesses multiples : les différentes opérations de chirurgie esthétique et réparatrices

Grossesses multiples : les différentes opérations de chirurgie esthétique et réparatrices

Aujourd’hui, avoir recours à la chirurgie esthétique pour corriger un défaut ou harmoniser sa silhouette n’est plus un tabou et de plus en plus de femmes songent à passer par la chirurgie pour gommer certaines marques laissées par la grossesse. Quelles sont les opérations les plus fréquentes après un accouchement ?

Lire également : Le fluor est-il à proscrire chez les bébés ?

L’attente post-accouchement

Chaque organisme est différent et toutes les femmes ne se remettent pas d’un accouchement ou même de plusieurs de la même façon. Si certaines femmes ne vont prendre que très peu de poids et n’avoir aucune vergeture, d’autres, en revanche, vont garder du ventre après l’accouchement ou voir leur poitrine s’affaisser.

Décider de passer par la chirurgie esthétique pour retrouver une silhouette harmonieuse semble judicieux. Il convient tout de même de respecter un délai post-accouchement de 6 mois minimum et ce, peu importe l’opération envisagée. Il faut laisser le corps se remettre car un accouchement n’est pas anodin.

Lire également : Le rôle de la sage femme

Les opérations les plus courantes sur la ligne

Parmi les opérations de chirurgie esthétique réalisées post-accouchement, certaines sont plus fréquemment demandées que d’autres.

La liposuccion

La liposuccion est l’intervention la plus pratiquée après un accouchement et aussi la plus simple. Sous anesthésie générale (ou locale si la zone est peu étendue), elle consiste à supprimer les graisses localisées, surtout au niveau du ventre, des cuisses, des hanches ou encore de la culotte de cheval, grâce à une canule qui aspire les graisses en trop.

Il convient tout de même de surveiller son alimentation et de tenter de se rapprocher un maximum de son poids de forme avant de recourir à l’opération.

La liposuccion après accouchement est particulièrement adaptée sur les tissus de l’abdomen distendus par la grossesse puis l’accouchement et sur les kilos récalcitrants dont les régimes et le sport ne viennent pas à bout.

Il est possible d’envisager une nouvelle grossesse après une liposuccion.

L’abdominoplastie

Là encore, l’abdominoplastie est l’une des opérations les plus fréquemment demandées par les femmes après une ou plusieurs grossesses. En effet, la grossesse tend à abîmer la peau et cause un relâchement des muscles abdominaux.

Lors de cette intervention, la peau en excès autour de la ceinture abdominale va être supprimée, les muscles sont repositionnés et le revêtement cutané retendu ensuite. C’est une opération assez lourde et longue. Si vous souhaitez vivre une nouvelle grossesse rapidement, il n’est pas conseillé de réaliser une abdominoplastie.

C’est, en revanche, une solution appropriée si vous avez vécu plusieurs grossesses, rapprochées ou non, et ne souhaitez plus avoir d’autres enfants, ou pas dans l’immédiat.

Avec l’abdominoplastie, il est aussi possible de corriger une hernie ombilicale.

La chirurgie mammaire

Lorsque la poitrine a particulièrement souffert lors de la grossesse ou de l’allaitement, il est alors possible d’envisager une plastie mammaire.

La chirurgie mammaire est tout adaptée en cas de ptose (un affaissement des seins) associée à une perte de volume au niveau de la poitrine. La ptose peut être corrigée et associée à une augmentation mammaire pour redonner une forme harmonieuse à la poitrine.

Si la poitrine tombe trop et que son volume est trop important, il est conseillé d’opter pour une réduction mammaire.

Il est nécessaire de ne plus allaiter pour pratiquer une plastie mammaire, quelle qu’elle soit. Néanmoins, l’augmentation mammaire, à base d’implants ou de graisse (lipofilling) ne gênera pas une future grossesse ou un prochain allaitement.

Si vous avez besoin d’une réduction mammaire importante, cela risque de diminuer la glande mammaire et d’endommager les canaux galactophores, qui fabriquent le lait. Un futur allaitement peut donc être fortement compromis.

Auteur de l’article : alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *