Global Statistics

All countries
195,545,393
Confirmed
Updated on 27/07/2021 13 h 58 min
All countries
175,626,125
Recovered
Updated on 27/07/2021 13 h 58 min
All countries
4,187,070
Deaths
Updated on 27/07/2021 13 h 58 min

Le faire-part de deuil religieux

La perte d’un être proche constitue une étape très douloureuse de la vie à laquelle nous devons tous être confrontés. Face à cette situation, annoncer cette disparition s’avère être la tâche principale qui attend les proches. En effet, le faire-part de deuil ou de décès doit généralement être envoyé aux membres de la famille, aux amis et aux relations du défunt. D’une manière générale, la formulation du contenu n’est pas vraiment chose évidente, surtout quand nos émotions refont surface. Pour vous aider dans cette démarche, voici tout ce qu’il faut savoir sur le faire-part de deuil religieux.

Le faire-part de deuil de la religion chrétienne

Dans les jours qui suivent le moment tragique, il est obligatoire de passer par de nombreuses procédures. En effet, les proches du défunt doivent organiser les funérailles. Ils doivent ainsi prévenir la famille ainsi que les connaissances sur le déroulement de la cérémonie de deuil.

Pour vous aider, Lapapeteriefuneraire.fr met par exemple à votre disposition divers faire-part de décès pour rendre hommage à vos proches disparus. Selon les croyances, il est possible d’y insérer des motifs pour correspondre particulièrement à leur personnalité.

De manière générale, un faire-part de deuil religieux doit mentionner certaines informations, comme :

  • le nom des proches qui annoncent le décès : son (sa) conjoint(e), ses enfants et petits-enfants… Les alliés peuvent également y être ajoutés si nécessaire. Tout cela suivi de « font part de l’entrée de la lumière de Dieu de » par exemple.
  • le nom du défunt,
  • son métier ou ses décorations,
  • la date et le lieu ainsi que les circonstances de la disparition du défunt,
  • l’âge du défunt,
  • le lieu, la date et l’heure de la cérémonie en mentionnant ceux qui y seront conviés,
  • les souhaits quant aux fleurs, aux couleurs, etc.

décès

L’ensemble de toutes ces informations doit figurer dans l’annonce du décès. La particularité de celle du christianisme s’observe particulièrement à travers les symboles chrétiens, tels que les croix ou les crucifix sur le papier du faire-part. Ce signe fait évidemment référence à la religion chrétienne. En outre, si les proches préfèrent organiser une cérémonie funéraire intime, il est nécessaire d’en faire mention.

Le faire-part de deuil de la religion juive

Bien que le déroulement du deuil juif diffère selon les communautés du monde entier, l’annonce du décès demeure relativement simple.

Comment se présente le faire-part juif ?

D’une manière générale, le faire-part de deuil juif se distingue par l’utilisation de symboles religieux. Il peut s’agir :

  • De la menorah,
  • d’une main,
  • d’une étoile de David.

La plupart des modèles privilégient l’insertion du symbole souhaité. La présence de ce dernier témoigne de l’aspect religieux. En outre, certains proches introduisent une connotation religieuse comme « L’Éternel fera reposer en paix l’âme de (nom du défunt) ».

Dans la sémantique de l’expression de la souffrance, les Juifs font plutôt un pas en avant en mentionnant « immense douleur », « grand chagrin », etc. Les proches sont les seuls à envelopper le défunt de sentimentalité : « mère adorée », « très chère mère, épouse, sœur » ou encore « père bien-aimé ».

Comment se déroule le rituel d’un deuil juif en général ?

Généralement, le deuil juif s’effectue en trois étapes distinctes. Elles correspondent à trois échelles dans le temps qui sont imposées aux « onen ». Ce sont les sept membres les plus proches de la famille, dont les enfants, les parents, les frères et sœurs, le mari ou la femme.

Avant l’enterrement, l’entourage du défunt est invité à prier le temps que l’âme quitte le corps. La toilette ou la « Tahara » constitue un procédé obligatoire dans la cérémonie funéraire juive. Il s’agit de la purification effectuée par la « Hévra Kadicha », qui désigne la confrérie sacrée qui s’en charge.

Ensuite vient le rite du vêtement déchiré ou « Kri’a » incitant les sept proches du défunt à déchirer une partie de leurs vêtements à la hauteur du cœur. Tout le long du rituel, ils doivent rester debout. Ce rite est effectué avant la mise en terre, après la lecture du «Tsidouk Hadin». Il est de coutume de se laver les mains sans s’essuyer avant de retourner au foyer.

Le faire-part de deuil musulman

Tout au long des funérailles musulmanes, on considère la mort comme étant un simple état de passage. En effet, ces croyants pensent que l’âme du défunt demeure dans la tombe pendant 40 jours. Après son décès, le défunt se prépare pour une nouvelle vie.

tombe

Qu’est-ce qui distingue le faire-part de décès musulman ?

D’une manière générale, le faire-part de deuil musulman doit mentionner les informations obligatoires mentionnées plus haut. Par ailleurs, les symboles religieux viennent compléter ce dernier.

Les lanternes orientales, entre autres, symbolisent la lumière divine. Elles accompagnent généralement l’étoile et le croissant islamique. En outre, les multiples motifs orientaux peuvent y être placés selon le choix des proches. D’une manière ou d’une autre, ces symboles permettent de rendre un hommage très particulier au musulman décédé.

De quelle manière s’effectue le deuil selon l’Islam ?

Dans la croyance musulmane, le corps du défunt est considéré comme impur. C’est la raison pour laquelle les soins de purification constituent une étape cruciale. Après avoir placé le corps tête vers La Mecque, celui-ci est lavé 3 fois, puis essuyée. À la fin, il sera enveloppé dans un nombre impair de tissus blancs non cousus.

Lors des obsèques, l’imam prononce la « prière des morts » qui comprend des glorifications d’Allah prononcées à haute voix. L’assistance reste donc debout. Il est important d’annoncer des prières avant que le convoi ne se dirige vers le cimetière.

Chez les musulmans, le deuil dure trois jours chez les proches du défunt. À l’issue des trois jours de deuil, les musulmans ne doivent surtout pas lire le Coran. Il n’est pas non plus autorisé d’inviter de proches durant l’anniversaire du défunt. Les troisième et quatrième jours de deuil sont dédiés à la prière. Le quarantième jour suivant l’enterrement, les proches du défunt organisent un grand repas en commun. Cet événement marque la fin de la période de deuil.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

spot_imgspot_img

A la Une

En complément